Madrid et la corrida

Peut-on visiter Madrid et être contre la corrida ?

Si vous visitez notre blog, vous savez que notre passion commune est le bien-être animal, c’est d’ailleurs pour cela que nous avons décidé de devenir végétariens depuis un an environ. En partant à Madrid, la question s’est posée et nous avons beaucoup échangé entre nous sur ce voyage et la corrida.

Premier constat : une « tradition » implantée dans la culture

Les arènes de Las Ventas

Dans le guide que nous avons choisi pour visiter Madrid (cf. Lonely Planet), l’écrivain conseille de visiter Las Ventas, les arènes situées Place des Toros de Las Ventas, il recommande même de fouler le sable pour se rendre compte des vibrations et de tout ce que cela provoque ! Nous on dit non ! Notre hôtel étant situé non loin de cette arène, nous sommes passés à côté afin de pouvoir prendre le métro, arrêt Ventas. Tous deux amoureux de l’architecture, nous ne pouvons pas dénigré la beauté de cette bâtisse, seulement de l’extérieure, il nous est impossible et insensé de rentrer dans ce bâtiment. Nous connaissons la souffrance des taureaux lors de ce rituel mortuaire et nous refusons de participer à cela de prés ou de loin, même pour une visite gratuite.

Deuxième constat : la ferveur populaire

Le programme des corridas de 2019, récupéré sur le site las-ventas.com

En se promenant à travers les rues de la capitale Espagnol, il nous est impossible de ne pas voir les affiches de la prochaine Féria, se déroulant au mois de mai. En regardant plus attentivement, nous nous sommes aperçus que cet événement dure 35 jours et nous avons compris que trois toréadors étaient à l’affiche tous les jours, soit pas moins de 105 Taureaux tués pendant cette « fête ». Bien sûr, nous sommes persuadés que pendant cette fête Madrilène durant laquelle la ville honore son saint patron, San Isidro Labrador (Saint Isidore le laboureur, le 15 mai) la programmation va plus loin. En effet il y a également du théâtre, de la danse, des concerts et des spectacles. Par exemple le Gigantes y Cabezudos (géants et grosses têtes),  La Feria de la Cacharrería (grande foire d’artisanat), mais aussi un spectacle son et lumière dans le parc du Retiro.

Troisième constat : on ne peut l’éviter

Les arènes Las Ventas de jour, une architecture remarquable pour un lieu si cruel

Il est difficile à Madrid de passer à côté de la corrida. Sans aller aux arènes, sans vous intéresser à cette question vous ne pouvez passer à côté des photos et portraits de toréadors dans les restaurants. Ils sont présents dans de nombreux lieux, il est donc difficile de les éviter, surtout si, comme nous, vous aimez manger dans des petites adresses espagnoles typiques.  Plus que la corrida elle-même et l’acte de mise à mort, c’est le toréador en personne qui est encensé, il devient un véritable héro. Des statues des plus grands noms sont érigées sur diverses places et surtout sur celle de Las Ventas. Difficile donc de passer à côté, il faut l’avoir en tête en partant.

Attention, si la corrida est une « pratique » répandue en Espagne, n’oublions pas qu’il en est de même dans le sud de France. Si plusieurs associations se mobilisent pour son arrêt, il est important pour vous aussi de faire entendre votre voix à ce sujet. Nous vous mettons ici un lien de pétition contre la corrida : 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :